Pris au piège par un canular téléphonique, le prince Harry aurait lui-même mis sa propre sécurité et celle de sa famille en péril en divulguant son numéro de téléphone et son adresse courriel aux farceurs.

Selon ce qu'a appris le quotidien The Sun qui a divulgué l'affaire dans les dernières heures, le Duc de Sussex aurait lui-même enfreint aux règles les plus élémentaires de sécurité.

Rappelons d'abord l'affaire. Le prince de 35 ans se serait fait piéger par deux farceurs russes se faisant passer au téléphone pour l'activiste Greta Thunberg et son père Svante alors qu'il se trouvait au Canada en janvier dernier. Il aurait échangé avec eux à propos du «Megxit», de la famille royale britannique et de Donald Trump, entre autres.

Selon les deux Russes, Vladimir Kuznetsov et Alexey Stolyarov, le Prince Harry aurait communiqué avec les deux hommes par courriel avec sa propre adresse. Le prince aurait en plus téléphoné avec son portable aux deux hommes, sans au préalable cacher son numéro personnel.

Les questions de sécurité entourant Harry, son épouse Meghan Markle et leur fils Archie font l'objet de discussions entre le Royaume-Uni et le Canada, leur nouvelle terre d'adoption. En plus des coûts importants s'y rattachant, la logistique que cela représente est un véritable casse-tête.

Pour une source de The Sun, la faille de sécurité que le Prince Harry a commise avec les deux Russes démontre bien l'enjeu auquel le duc et sa famille feront face dans le futur.

« C'est pour toutes ces raisons que nous sommes soucieux de les voir travailler avec des conseillers en relation publique d'Hollywood. Ils ne suivent pas les processus royaux », affirme cette source.

En s'affranchissant de la monarchie britannique, les Sussex travailleront avec des firmes privées de relation publique ou de sécurité qui n'ont pas toujours l'expertise requise pour oeuvrer auprès de gens de leur rang, selon les experts.

Photo : Cover Images

La sécurité d'Harry et Meghan, le casse-tête de l'Angleterre