L’actrice Pamela Anderson souhaite que Donald Trump offre son pardon présidentiel au fondateur de Wikileaks Julian Assange.

L’ex-vedette de Baywatch a fait sa demande sur Twitter, le réseau social favori du président.

À quelques semaines de son départ de la Maison-Blanche, Donald Trump, comme veut la tradition, pourrait gracier certains accusés ou condamnés avant de remettre les clés de la célèbre résidence de Washington D.C. à son successeur Joe Biden.

L’actrice et activiste de 53 ans aurait entretenu durant quelques mois une relation avec l’Australien de 49 ans. Le couple se voyait à l’Ambassade équatorienne de Londres où l’homme exilé a vécu de 2012 à 2019.

La Canadienne a publié deux images demandant à Donald Trump d’agir. Sur l’une des images, vêtue d’un bikini, elle tient une affiche «Bring Julian Assange Home Australia». Sur l’autre, elle tient une affiche «I am Julian Assange #FreeAssange».

En 2006, Julian Assange a créé Wikileaks. Le site a plus tard publié en 2010 des milliers de dossiers confidentiels et d’images inédites. Des documents classés Top Secret par les États-Unis ont valu à Assange d’être accusé d’espionnage.

Julian Assange est maintenant incarcéré à la prison Belmarsh de Londres depuis plus de 18 mois. Il tente par tous les moyens de ne pas être extradé aux États-Unis.

Donald Trump a par ailleurs gracié Michael Flynn la semaine dernière.

L’ex-conseiller à la sécurité nationale avait été condamné par la justice pour avoir fait de fausses déclarations au FBI dans le dossier de l’ingérence russe.

Certains experts pensent que le 45e président pourrait également gracier trois de ses enfants, son gendre, ainsi que d’autres de ses proches.

En plus de Pamela Anderson, Joe Exotic, la vedette de Tiger King sur Netflix, souhaite aussi recevoir un pardon présidentiel. Il purge en ce moment une peine de 22 ans de prison.

Qui sont les femmes qui ont marqué la vie de Donald Trump?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *