Une société américaine s'apprête à offrir le « compostage humain », une nouvelle forme écologique de funérailles.

La société Recompose de Seattle aux États-Unis s'apprête à révolutionner le dernier passage obligé d'un être humain sur la Terre.

En collaboration avec des chercheurs de l'université Washington State, la société a testé sur six cobayes consentants ce nouveau procédé qui permet de disposer d'un cadavre d'une façon écologique.

Selon la société, de plus en plus de personnes conscientes des changements climatiques se renseignent sur cette nouvelle façon de faire unique au monde. 15 000 personnes auraient déjà démontré de l'intérêt, selon la BBC.

Les premiers résultats des recherches menées sur les cobayes sont encourageants. Ces résultats ont été dévoilés à l'American Association for the Advancement of Science.

Le compostage humain, appelé par Recompose la «réduction biologique naturelle», permet d'éliminer 1,4 tonne de carbone dans l'atmosphère pour chaque corps composté, comparé à la crémation, la façon la plus populaire de disposer d'un cadavre.

Pour parvenir à faire de la réduction biologique naturelle, Recompose place le corps dans un petit conteneur rempli de copeaux, de luzerne et de paille. La décomposition se fait lentement dans le conteneur hermétique à une température qui atteint 55C. 30 jours après y avoir été placé, le corps est transformé en compost et peut être réintégré dans la nature comme engrais.

L'État de Washington a donné son aval à cette nouvelle technologie unique au monde. Le premier centre de réduction biologique naturelle de Recompose ouvrira ses portes en 2021 à Seattle.

Photo : Recompose

Ils sont morts en 2019