Kim Kardashian règle une poursuite contre une firme de sécurité pour un peu plus de 6 millions de dollars (US), firme qui ne l’aurait pas protégée convenablement en marge du fameux braquage de la Fashion Week de Paris, en 2016.

La star de la téléréalité avait porté plainte contre la société Protect Security and Balali Investments Inc et son président Pascal Duvier pour les événements survenus à Paris en octobre 2016, affirme le quotidien The Sun.

Selon la poursuite, les défendeurs ont «failli à la tâche de protéger» la plaignante le 3 octobre 2016. Ce jour-là, des voleurs ont pénétré dans la chambre d’hôtel de la vedette, l’ont séquestré et lui ont dérobé, armes au poing, des bijoux valant plusieurs millions de dollars.

Le quotidien anglais affirme que les deux parties tentent depuis deux ans d’en venir à une entente négociée. Au centre du litige, le montant de la police d’assurance que la firme de protection aurait contractée au moment du vol à main armée qui n’aurait pas été suffisant pour indemniser correctement Kim Kardashian.

La firme de Pascal Duvier, un expert allemand d’arts martiaux, était bien connue à Los Angeles, assurant la protection de nombreuses célébrités hollywoodiennes. Elle aurait toutefois déclaré faillite quelques semaines avant les événements survenus en octobre 2016.

Au moment des événements, Kim Kardashian se trouvait à Paris pour participer à la Fashion Week en compagnie de ses soeurs Kourtney et Kendall. Ces dernières voulant se rendre dans une boîte de nuit, le garde du corps aurait laissé Kim Kardashian seule dans sa suite d’hôtel croyant qu’elle y était en sécurité.

Cinq braqueurs ont fait irruption dans la chambre d’hôtel. Ils ont menacé la vedette d’une arme, ils l’ont ligotée et placée dans la baignoire, avant de lui dérober quelque 10 millions de dollars (US) de bijoux.