Airbus pense pouvoir adapter des caméras afin qu'elles puissent «sentir» l'odeur du coronavirus.

L'avionneur a conçu à l'origine ces caméras pour la détection d'explosifs ou d'éléments bactériologiques qui pourraient être embarqués dans ses appareils par des terroristes.

Ce type de caméras ultra-sensibles a déjà été utilisé pour détecter certains cas de cancer et l'influenza.

Selon Airbus et son partenaire dans ce projet, Koniku, les progrès réalisés par ses ingénieurs laissent présager qu'ils vont réussir à adapter les capteurs de ces caméras qui utilisent des microprocesseurs faits de cellules biologiques qui sont en mesure d'identifier certains composés chimiques ou des microbes qui flottent dans les airs.

Les caméras d'Airbus et Koniku ont été inventées en 2017. Elles font partie de l'arsenal de l'avionneur pour rendre plus sécuritaire le monde aérien.

À terme, selon le communiqué d'Airbus, les caméras pourraient émettre une alarme en moins de 10 secondes lorsque des molécules spécifiques de la CoVID-19 seraient détectées. 

Un tel système de détection serait plus rapide et moins cher que les actuels tests effectués auprès de la population potentiellement infectée.

Photo : Airbus/Koniku

Capsules de sommeil chez Airbus