Le Prince Harry aurait été piégé au téléphone par des farceurs qui l'aurait fait parler sur le «Megxit», sa relation avec la famille royale d'Angleterre et le président américain Donald Trump.

Selon ce qu'affirme le quotidien anglais The Sun, le Prince Harry se serait fait prendre par deux Russes,Vladimir Kuznetsov et Alexey Stolyarov, connus sous les noms de Vovan et Lexus.

Les deux hommes auraient réussi à s'entretenir avec le Duc de Sussex à deux reprises, alors qu'il séjournait au Canada entre le jour de l'An et le 22 janvier dernier. 

Pour arriver à soutirer des indiscrétions au prince, les deux fumistes se seraient fait passer pour l'activiste Greta Thunberg et son père Svante.

Vovan et Lexus ont publié une vidéo de leurs appels, avec des personnages en caricature, sur YouTube. 

Il est impossible de reconnaître l'authenticité et la véracité de ces appels.

Lors de premier entretien, le prince de 35 ans mentionnerait : 

« Vous pouvez m'appeler comme vous le souhaitez, mais Harry est parfait. »

Le duc serait revenu sur le «Megxit».

« Quelquefois, la bonne décision n'est pas la plus facile à prendre. Et cette décision n'en était certainement pas une facile, mais c'était la bonne décision pour notre famille, la bonne décision pour être en mesure de protéger mon fils. Et je pense qu'il y a une tonne de gens dans le monde qui vont respecter le fait que nous avons placé notre famille en tête de nos priorités. »

Il aurait aussi parlé de sa relation avec la famille royale.

« Vous oubliez que j'ai passé 10 ans dans l'armée, alors je suis plus normal que ma famille le croit. »

Harry aurait aussi eu des commentaires sur le président américain Donald Trump, qui a refusé d'être photographié avec Greta Thunberg.

« Trump va vouloir vous rencontrer pour que vous le fassiez mieux paraître, mais il ne voudra pas discuter des changements climatiques avec vous, car vous seriez plus forte que lui. Il est très important d'avoir un dialogue ouvert et des conversations avec ces gens, plutôt que de ne pas en avoir. »

Il ajouterait : « Le simple fait que Donald Trump pousse autant sur l'industrie du charbon en Amérique, il a du sang sur les mains ».

Le quotidien The Sun affirme que les représentants du Prince Harry n'ont pas voulu commenter ces informations.

Photo : Cover Images

Un retour remarqué en Angleterre pour Meghan Markle