En retard de deux minutes pour prendre son vol, un Grec remercie aujourd'hui le ciel d'être encore en vie.

Antonis Mavropoulos devait prendre le week-end dernier le vol ET302 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines. Quelques minutes après le décollage, l'avion et ses 157 passagers et membres d'équipage se sont écrasés, tuant tous ses occupants.

L'homme a raconté son histoire sur son Facebook dans les dernières heures.

Qualifiant de « sa journée de chance », M. Mavropoulos est revenu sur les événements qui ont fait qu'il a raté son vol au départ d'Addis-Ababa en Éthiopie.

Comme plusieurs victimes, Antonis Mavropoulos devait assister à Nairobi au Kenya à une assemblée annuelle d'un programme sur l'environnement de l'ONU. Il est le président de l'Association internationale Solid Waste. 

Attendant durant 40 minutes ses bagages en transit, Antonis Mavropoulos s'est présenté à la porte d'embarquement du vol ET302 avec deux minutes de retard. Plus personne ne s'y trouvait, il constatait qu'il ne pourrait embarquer dans l'avion.

« Je criais pour qu'on me fasse embarquer, mais personne n'était disponible pour m'aider », a confié l?homme heureux d'être encore en vie.

C'est lorsqu?il s'est présenté au service à la clientèle pour se trouver un  nouveau vol que les autorités lui ont dit ce qu'il était advenu de son vol précédent. 

« Ils m'ont conduit à la station de police de l'aéroport. L'officier m'a dit de remercier Dieu, car je suis le seul survivant du vol ET302. »

Image : Facebook

Les 10 compagnies aériennes les plus sures du monde