En avril dernier, les émissions quotidiennes de carbone sont tombées au plus bas depuis 2006.

Si le confinement affecte le moral de certaines personnes, la Terre de son côté semble apprécier ces semaines de pandémie.

Une équipe internationale a publié une étude dans la revue Nature Climate Change. Les scientifiques ont analysé les données sur le taux de dioxine de carbone (CO2) dans l'atmosphère de janvier à avril 2020. Le taux de CO2 est en baisse de 17%, une marque inégalée depuis près de 15 ans.

À ce rythme, si les activités manufacturières tournent encore au ralenti pour le reste de l'année, les experts prédisent que l'année 2020 affichera la plus grande décroissance de CO2 depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L'étude réalisée à l'université East Anglia au Royaume-Uni démontre que les grands pays pollueurs ont grandement diminué leurs émissions à effet de serre. La Chine, le plus grand pollueur du monde, a vu depuis février ses émissions diminuer du quart, alors que les États-Unis ont vu les siennes fléchir du tiers. En Inde et en Europe, la baisse fut de 26% et 27% respectivement.

La bonne nouvelle pour la planète est que cette baisse annuelle de CO2 dans l'atmosphère est l'équivalent des efforts que le monde doit consentir afin de respecter ses engagements pris lors de l'Accord de Paris sur le climat en 2015.

Photo : Cover Images

10 documentaires environnementaux à voir